29 juin à 09h00 : représentation

Il y a des choses qui sont essentielles dans l’équilibre personnel, c’est être auprès des siens ! Il y a des journées d’anniversaire à organiser et un engagement à tenir le même jour, pour remplacer le Président de région.

Le gâteau sera peut être un peu moins beau cette année, mais la fête sera belle ! #HappyBirhtdayToE. #8ans

giphy-1

Publicités

Explication de vote session février 2019

Réponse à une proposition de voeu du Rassemblement National :

Mme PIDOUX : Nous partageons l’analyse du groupe les Écologistes. On souhaite également préciser que nous sommes une collectivité qui revendique l’autonomie fiscale et on reconnaît également ce droit à l’État.

 

Effectivement, votre vœu aborde la question de la crise sociale et sociétale dans laquelle on se trouve, mais ne nions pas également la crise démocratique et écologique. Le mouvement des Gilets jaunes ne souhaite pas lui-même être enfermé dans un mouvement qui pourrait être vu comme anti-écologiste. Il y a des marches tous les samedis actuellement, il y a également des marches pour le climat et, parfois, ces deux marches se mêlent.

 

Vraiment, on est plutôt pour une approche où la trajectoire sur la taxe carbone et le fait que l’on aille vers une meilleure prise en compte de la question écologique et des transitions soient en tout cas un fait réel. Après, quand vous parlez du poids de la fiscalité, on peut effectivement en parler ; nous, on voudrait également plus de progressivité et plus de redistribution. Les Gilets jaunes eux-mêmes revendiquent aussi ce droit à avoir des services publics, et ce sont nos impôts qui financent les services publics qui manquent dans nos territoires aujourd’hui. On ne peut donc pas non plus déshabiller l’État, car on revendique aussi plus de services publics dans nos territoires.

 

Vous l’aurez compris, notre groupe vote contre ce vœu.

 

proposition du groupe Rassemblement National :

M. CHASSIER.- Monsieur le Président, chers collègues, très rapidement puisque l’exposé me semble assez clair et assez simple, les Français sont déjà très lourdement imposés, avec un taux de prélèvements obligatoires qui est un des plus élevés des pays de l’OCDE. Vous savez que l’accumulation des taxes et notamment celles sur les carburants ont été l’un des éléments déclencheurs de cette crise sociale qui s’exprime depuis le milieu du mois de novembre, autour de ce que l’on a appelé le mouvement des Gilets jaunes.

 

Dans ce contexte, le gouvernement a adopté un moratoire, c’est-à-dire a reporté la hausse prévue au 1er janvier, mais on ne sait pas aujourd’hui ce qui va advenir pour la suite. Il semblerait que cette hausse reparte, soit simplement différée et pas annulée.

 

Nous, nous souhaitons que les choses soient claires. La transition énergétique, les Français y contribuent déjà largement à travers les taxes sur l’électricité et la TICPE, hors taxe carbone puisqu’elle existait déjà précédemment. Je rappelle dans ce vœu que la CSPE a augmenté de 650 % depuis sa création.

 

Nous estimons que les Français sont suffisamment taxés et contribuent suffisamment au titre de la transition énergétique. Ce vœu s’adresse donc au gouvernement pour demander d’abandonner l’idée de ces tranches supplémentaires de taxe carbone de 2019 à 2022

 

 

 

Intervention en session du 20 décembre : réponse au voeu du Rassemblement national sur le pacte de Marakech

Mes chers collègues, effectivement, l’intérêt de ce débat est de clarifier les positions des uns et des autres, et je vais m’attacher à répondre aux trois problématiques que vous avez soulignées dans votre vœu, qui sont la souveraineté, une problématique économique et une question sur l’accueil et l’accompagnement des personnes que nous pourrions accueillir.

Lire la suite

Intervention en session : vote du budget (axe les transitions)

Monsieur le Président, mes chers collègues, je tiens à saluer ce budget qui est pour moi un budget charnière, non pas parce que, comme on l’a déjà dit, on est à mi-mandat, mais parce qu’il s’inscrit dans un contexte d’urgences sociales, démocratiques et climatiques.

 

On a cité tout à l’heure une phrase qui était « il faut s’occuper de la fin du monde ». L’intégralité de la phrase, c’est : « Il faut s’occuper à la fois des fins de mois difficiles et de la fin du monde. » L’un ne s’oppose pas à l’autre.

Lire la suite